CARGO NOIR – Une histoire de contrebande…

Cargo NoirCARGO NOIR

« Dans Cargo Noir les joueurs incarnent des contrebandiers se livrant à toutes sortes de trafics. Le jeu se déroule dans l’atmosphère typique des films noirs des années 50 et s’articule autour des grands ports de contrebande du monde. Les joueurs envoient leurs cargos dans les ports qui les intéressent pour en remporter les marchandises qui seront ensuite stockées dans leurs entrepôts, puis revendues par combinaisons pour acquérir des cartes Victoire. »

Nous sommes en 1954, 4 familles de truands se partagent le marché mondial de la contrebande.

Les TI POT TONG, sous la coupe du sinistre LAO FE BO, originaires de l’ancestrale Chine.

Les TRES SOMBREROS, cartel dirigé par le sanguinaire CARLOS AMARIOS, venant du fin fond des jungles colombiennes.

Les CASA NOSTRA, dont le Parrain, EL DON DIEGO, malheureusement trop connu des services d’INTERPOL, reste toujours à CHICAGO.

Et les AL KABASH, nomades sahariens, commandés par le mystérieux ALI BEN DILMI.

Ces quatre familles, à la tête de leurs flottes de cargos, se lancent pour une nouvelle année, dans la course au patrimoine pour devenir la famille la plus riche.

Au début de l’année, le marché est ainsi reparti :

–          A Rotterdam, un stock d’ivoire, un stock d’alcool et deux stocks d’or.

–          A Cape Town, un stock d’or.

–          A New York, deux stocks d’uranium et un stock d’ivoire.

–          A Panama, un stock de voitures et un stock d’uranium.

–          A Bombay, deux stocks de joyaux et un stock de cigares.

–          A Hong Kong, un stock d’antiquités et un stock de voitures.

–          A Rio, un stock de cigares, un stock d’or et un stock d’uranium.

–          A Macao, pour les échanges, un stock d’ivoire, deux stocks de voitures, un stock d’alcool, un stock joker et un stock d’uranium.

Cargo Noir

Les TRES SOMBREROS ouvrent les hostilités en envoyant : un cargo à Rotterdam, avec 3 valises de billets, dans l’espoir de récupérer ainsi les stocks d’or ; un cargo à Cape Town avec une valise, pour compléter ce stock d’or et un cargo à New York avec une valise pour essayer de négocier l’ivoire s’y trouvant et le coupler avec celui potentiellement récupéré à Rotterdam. Les TRES SOMBREROS auront ainsi envoyé l’intégralité de leur flotte et de leurs liquidités.

Les AL KABASH envoient leur premier cargo sur Rio, avec 3 valises pour commencer à stocker de l’uranium et tenter de subtiliser l’or que les TRES SOMBREROS veulent accumuler. Leur second cargo, avec 3 valises à son bord, se rend à New York, afin non seulement de récupérer les stocks dans les entrepôts de la grosse pomme, mais aussi de contrer très clairement la famille TRES SOMBREROS. Le dernier cargo des AL KABASH jette l’ancre à Macao pour y échanger le mois suivant des marchandises ou en récupérer une aléatoirement dans les entrepôts de cette ville de brigands.

Les TI POT TONG prennent la mer pour Bombay, avec dans leur soutes, deux valises remplies à raz bord de liasses de billets verts ; leur second navire se dirige vers Panama, avec une valise. Fourbement, leur dernier navire arrive à quai de Rotterdam avec 4 valises, afin de corrompre fonctionnaires et douaniers et ainsi prendre les stocks s’y trouvant à la barbe des TRES SOMBREROS et au nez des AL KABASH.

Les CASA NOSTRA finissent ce mois en envoyant un navire à Hong Kong avec deux valises, personne n’ayant jugé bon de se rendre dans ce port si animé ; un navire à Panama, avec deux valises pour récupérer le stock de voitures s’y trouvant ;  ils espèrent bien charger le stock de voitures de Hong Kong et un navire à Macao dans le même objectif que les AL KABASH.

Un mois passe, les activités illicites reprennent de plus belle.

Les TRES SOMBREROS chargent dans leurs soutes le stock d’or de Cape Town, en remettant la valise de billets prévue à cet effet au vil fonctionnaire corrompu. Un stock d’armes vient prendre la place laissée vacante. Ils donnent l’ordre à leur navire situé à New York de quitter ce port décidément vraiment trop mal famé, récupérant ainsi leurs mises de fonds initiales. Enfin ils décident de surenchérir sur les offres de leur concurrent, en envoyant par avion deux nouvelles valises à Rotterdam. Il ne sera pas dit que les TRES SOMBREROS ne peuvent pas corrompre quelques fonctionnaires. Les caisses quasiment vides, les TRES SOMBREROS décident d’envoyer un bateau à Macao et un bateau sur les quais du Casino, afin de faire rentrer quelques dollars pour poursuivre cette course effrénée à l’enrichissement.

Les AL KABASH sont aux anges lorsque leurs navires rentrent au port, les soutes remplies des stocks récupérer à Rio et New York. Ils se retrouvent à la tête d’un stock de cigares, de trois stocks d’uranium, d’un stock d’or et d’un stock d’ivoire. Grâce à leur émissaire de Macao, ils s’empressent d’échanger l’unique stock d’ivoire contre le stock Joker. Leur caisse également bien vide, ALI BEN DILMI donne l’ordre d’envoyer deux navires au Casino et un navire à Macao.

Les TI POT TONG, agacés du succès des AL KABASH, s’empressent de récupérer leur gain à Bombay, (deux stocks de joyaux rutilants et un stock de cigares cubains) avant de fuir courageusement le port de Rotterdam avec leurs fonds ; la Douane venant sûrement fureter trop près de leur navire. En parallèle ils envoient deux valises supplémentaires à Panama, car il serait inadmissible que les CASA NOSTRA puissent obtenir plus de choses qu’eux ce mois ci.

Ils renvoient leur navire à New York avec une valise et un navire à Macao. Ils commencent à y avoir foule la bas, espérons que cela n’attire pas l’attention des autorités.

Encore une fois, les CASA NOSTRA finissent les actions de ce mois. Seuls à Hong Kong, ils récupèrent des antiquités et des voitures. Antiquités qu’ils s’empressent d’échanger par un stock de voitures cachées dans les bas fonds de Macao. Ils prennent la douloureuse décision de quitter Panama, ce climat est vraiment trop chaud pour des Latinos Américains. Ils renvoient leurs navires sur Rio et Hong Kong, avec une valise chacun et finalement, renvoient un navire à Bombay, avec 3 valises.

… / …

Les TI POT TONG augmentent leur flotte d’un cargo tandis que les CASA NOSTRA s’offriront les services d’un syndicat le troisième mois de cette année bien mouvementée. Le syndicat devrait permettre aux CASA NOSTRA de récupérer de l’argent lorsque les aléas de la contrebande les obligent à abandonner une affaire.

… / …

Les TRES SOMBREROS se dépêchent de rattraper leur retard le mois suivant ; ils acquièrent un cargo, un entrepôt ainsi que la direction d’un syndicat de dockers, mais ils se démunissent de tous leurs fonds et ressources pour ce faire. Tandis que les AL KABASH quant à eux, préfèrent se spécialiser dans le maritime en achetant deux cargos et un yacht pour le repos de leur chef.

… / …

C’est après 10 mois de coups tordus et trahisons que les quatre chefs de familles se réunissent pour savoir qui cette année a le mieux géré les fonctionnaires véreux, les douaniers corrompus et les dockers syndiqués.

Les CASA NOSTRA n’ont pu s’offrir qu’un Yacht et une Villa.

Les TRES SOMBREROS quant à eux, bien qu’ils aient pu s’offrir des « amis » politiques, ne peuvent asseoir leur position dans ce monde impitoyable.

Les TI POT TONG, ont réussis à accumuler un night club, un Yacht et une villa. Ils profiteront d’être rentré à leur quartier général pour exiger l’assassinat des dirigeants des syndicats qu’ils ont grassement payés, car ces profiteurs ne leurs auront pas été d’une grande utilité cette année.

Et c’est victorieusement que les Al KABASH, entourés de la Milice avec leurs deux Yachts à quais, sortent de cette réunion, les mitraillettes chantant une bien sinistre musique pour les autres familles.

J’espère que cette petite histoire vous aura donné un aperçu de ce qui vous attend dans Cargo Noir et que nous nous retrouverons bientôt autour d’une table de jeu pour savoir quelle famille sera la plus retord.

Laisser un commentaire